Pour pouvoir contempler un arc-en-ciel, il faut déjà endurer la pluie

Pour pouvoir contempler un arc-en-ciel, il faut déjà endurer la pluie

tempetes-endurer-la-pluie

« Une fois la tempête passée, tu te demanderas comment tu as fait pour la traverser, comment tu as fait pour survivre. Tu ne seras pas très sûr, en fait, qu’elle soit vraiment achevée. Mais sois certain d’une chose, une fois que tu auras essuyé cette tempête, tu ne seras plus le même. Tel est le sens de cette tempête ».  Haruki Mirakami

 

Pourquoi cette lettre aujourd’hui ? J’ai envie de vous partager mes tempêtes.

Alors j’ai décidé de vous écrire pour témoigner. Pour vous raconter qu’il est possible de se relever, de persévérer, de résister.

Dans ma vie professionnelle, j’ai traversé 3 grandes tempêtes.

 

Ce qui ne te tue pas te rend plus fort.

 

La première, le congé maternité. Lorsque je suis tombée enceinte de mon premier enfant, je suis allée m’inscrire à Sécurité sociale pour déclarer ma grossesse. Jamais je n’aurais imaginé un tel parcours du combattant. Je m’aperçois que je ne rentre dans aucune case, tout devient alors une usine à gaz.

Il aura fallu 6 mois post congé maternité pour percevoir des indemnités de congé maternité. Le bateau a le temps de prendre l’eau, n’est-ce pas ? Et Cerise sur le gâteau, ces dernières sont calculées à N-2 (et oui les indemnités pour les Artistes-auteurs sont calculées de mai à juin, allez comprendre). Donc évidemment, en ma défaveur. Je me sens très seule.

Ce que j’ai retenu :

  1. être en congé maternité après juillet pour que vos aides soient calculées sur N-1 et prévoir un matelas de secours ^^
  2.  La vie est plus forte que tout (la preuve par trois, avec mes 3 enfants)
  3. Ce qui ne te tue pas te rend plus fort.

 

 

Laisse le courage te guider.

 

Ma deuxième tempête, c’était il y a 3 ans maintenant et il m’en aura fallu du temps pour la traverser. Me voici en pleine collaboration sur ce qui devait être l’un des plus gros projets de mon année. Un grand projet événementiel sur la création d’un salon. Plusieurs mois de travail en perspective et une équipe de choc à constituer vu l’ampleur du projet.

Me voilà partie, devis signé, acompte versé, vers ce qui représentera 2 ans de procédure judiciaire avec plusieurs milliers d’euros perdus…

Je suis victime du client qui disparait sans laisser de trace et une ardoise de plusieurs milliers d’euros. Une histoire digne des meilleurs films oscarisés. S’ensuivent des procédures interminables pour retrouver mon client dans la nature, lancer une ordonnance pour injonction de payer, la faire valider auprès du Tribunal de commerce, faire appel à un huissier, lancer une recherche FICOBA pour retrouver son compte bancaire, et j’en passe.

La fin est tout aussi triste que le début. Le type en question n’a pas un sou, il est fiché Banque de France. Après 2 ans de procédure, le verdict tombe, je ne récupèrerai rien, ni aucun remboursement de frais supplémentaires payés pour avocat, huissier… La note est salée. Mon entreprise est mise à mal. C’est dur.

 

Ce que cela m’a appris :

  1. Savoir que lorsqu’une entreprise est en nom propre, et que cette dernière fait faillite, il est bien plus compliqué de récupérer son dû.
  2. Faire des échéances de paiements et ne pas livrer le travail tant qu’on n’est pas payé.
  3. Rédiger des CGV et indiquer le Tribunal auquel vous êtes rattachés en cas de litige, cela m’aurait évitée de devoir aller jusqu’en Guadeloupe pour le Tribunal de commerce ^^
  4. Laisse le courage te guider et défends-toi quoiqu’il en coûte.

 

 

Résiste

 

Et enfin ma troisième tempête, je suis en plein cœur. Nous sommes en train de traverser une crise sanitaire et économique sans précédent, liée au COVID-19.

Et je suis considérée moins bien que mon voisin. Je m’explique : je m’aperçois que j’ai choisi d’installer mon business sur un territoire qui ne défend pas ses entreprises locales. Pire encore, qui décide que certains secteurs valent moins que d’autres. Diviser c’est mieux régner, n’est-ce pas ? Quand d’autres territoires voisins font le choix de la solidarité, de l’égalité, de l’équité. Cela me révolte car je suis le genre de femme qui ne supporte pas l’injustice.

Je reste debout, fière et je résiste.

 

Ce que je retiens :

  1. J’apprends à vivre avec les tempêtes
  2. Pour pouvoir contempler un arc-en-ciel, il faut d’abord endurer la pluie.
  3. Je vis l’intensité du moment présent. Je traverse le vide. J’écoute mon cœur et mon intuition.

 

 

 

 

Publier un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ut tristique ut luctus sed justo tempus consequat. sem, efficitur. mi,
Select the fields to be shown. Others will be hidden. Drag and drop to rearrange the order.
  • Image
  • SKU
  • Rating
  • Price
  • Stock
  • Availability
  • Add to cart
  • Description
  • Content
  • Weight
  • Dimensions
  • Additional information
  • Attributes
  • Custom attributes
  • Custom fields
Compare
Liste d'envies 0
Open wishlist page Continuer le shopping